Chers lecteurs,

En raison de la tenue d’une réunion du PPE dans l’enceinte de l’Académie le jeudi 14 décembre, l’accès à la bibliothèque se fera exceptionnellement et uniquement par la grille située au croisement du Boulevard du Régent et de la rue Ducale.

Kunstformen der Natur

1899-1904Cote : [26.192]

Présentation

Ce sont deux tomes rassemblés en un volume qui constituent ce magnifique ouvrage in-folio de Ernst Haeckel : Kunstformen der Natur.

Né à Postdam en 1834, dans une famille de hauts-fonctionnaires, Ernst Haeckel entama des études de médecine qu’il acheva avec succès. Mais la pratique médicale ne l’intéressait guère et c’est vers la recherche et en particulier vers la zoologie et la botanique qu’il se tournera rapidement. Embrassant une carrière académique à l’Université d’Iena, il entreprit plusieurs voyages  dont un premier périple aux Îles Canaries vers le milieu des années 1860. A la même époque, il fera, en Angleterre, une rencontre capitale : celle de Charles Darwin. Très rapidement, il adhèrera aux idées de celui qui deviendra son mentor et en diffusera les idées en Allemagne. A partir de cette rencontre, Ernst Haeckel, ne cessera de voyager pour assouvir ses connaissances à l’aune de cette nouvelle théorie de l’évolution. Il écrira de nombreux ouvrages dont certains rencontrèrent un véritable succès populaire tel  Les Enigmes de l’Univers  tiré à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires et qui connut plusieurs traductions.

Si ces nombreuses découvertes et son talent à diffuser ses idées en firent un des scientifiques les plus populaires de son époque, c’est son incroyable don de dessinateur qui vaut aujourd’hui que nous nous attardions sur cet ouvrage. Il n’était pas rare au XIXe et au début du XXe siècle de voir des ouvrages scientifiques richement illustrés de dessins que l’on qualifierait aujourd’hui d’œuvres d’art. Plusieurs mémoires publiés par notre Académie, notamment par la Classe des Sciences sont là pour en témoigner. Pensons également au magnifique ouvrage que possède notre bibliothèque : Pescatorea : iconographie des orchidées[i] magnifiquement illustré par Jean Linden, qui fut publié en 1860 à Bruxelles par la maison Hayez et dont l’impact sur les artistes « Art nouveau » en Belgique – notamment Victor Horta ou Paul Hankar - fut non-négligeable[ii]. Enfin, songeons – dans un style plus fantasque – aux albums de Walter Crane dont  le Flora’s Feast : A masque of Flowers[iii] qui se trouve également dans nos collections.

Dans Kunstformen der Natur, Ernst Haeckel va magnifier la nature à un point tel que la dimension scientifique s’efface quelque peu pour laisser paraître avant tout la beauté de la nature. Parut au départ sous la forme de feuillets, les illustrations furent par la suite rassemblées sous un volume unique. La perfection graphique, la beauté symétrique et ornementale de ces planches va avoir une répercussion sur de nombreux artistes apparentés au mouvement « Art nouveau ». Ainsi, les dessins de Ernst Haeckel et notamment ses planches traitant du monde sous-marin auront une influence certaine sur plusieurs artistes et notamment sur l’École de Nancy. Comme le souligne Nathalie Vergés dans La nature dans l’Art Nouveau : « [Emile] Gallé fut assurément influencé par Haeckel, puisqu’en 1901, lors de la seconde séance mensuelle d’enseignement proposée par l’Ecole de Nancy, il traita le sujet suivant : De la nécessité des notions physiologiques pour le compositeur désireux de créer une ornementation en harmonie avec la diffusion des sciences naturelles»[iv]. Par ailleurs, lui-même, lors d’une intervention devant l’Académie de Stanislas dont il était membre, insistait : « Enfin, la science, de tous les côtés, ouvre au décorateur des horizons nouveaux. […] Ainsi pour trouver, à côté des formes et des décors nouveaux, les symboles d’un art neuf, il suffira de regarder autour de soi, de chercher à savoir, d’étudier et d’aimer ; car le symbole jaillira spontanément chez le décorateur de ces deux forces combinées, l’étude de la nature et l’amour de son art »[v]. Ainsi Haeckel fut pour de nombreux artistes, une source d’inspiration alors que pour lui aussi la biologie pouvait s’apparenter à l’Art. A tel point que pour ces détracteurs, ces dessins lui firent prendre de nombreuses libertés avec la vérité scientifique au point d’en discréditer le contenu.


[i] . Pescatorea : iconographie des orchidées / par Jean Jules Linden ; avec la collaboration de MM. J.-E. Planchon, M.-G. Reichenbach et G. Luddemann. - Bruxelles : M. Hayez, 1860. Cote : [4.844]

[ii] . Je renvoie le lecteur à l’article : Jean Linden explorateur, père des orchidées / par Nicole Schuermans-Ceulemans in : Art nouveau & écologie. Mélanges = Art nouveau & ecology. Miscellany. - Bruxelles : réseau Art Nouveau Network ; Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, 2015, p. 141-145.

[iii] . Flora's Feast : A masque of flowers / penned and pictured by Walter Crane. - London : Cassel & Company, 1892. Cote :  [58.446]

[v] . Le décor symbolique, discours de réception / par Emile Gallé, in : Mémoires de l’Académie de Stanislas 1899-1900, CLe année, 5e série Tome XVII, Nancy, p. XXXV-XXXVI.

 

Bibliographie

Flora's Feast : le motif floral dans l'Art nouveau = het bloemmotief in de Art nouveau / coordination de Guy Conde-reis. - Bruxelles : Service public régional de Bruxelles, Bruxelles développement urbain, 2016

Victor Horta 18

L'ABCdaire du Symbolisme et de l'Art nouveau / Gilles Genty, Laurent Houssais, Séverine Jouve... [et al.]. – Paris : Flammarion, 1997.