Chers lecteurs,

Ce mardi 28 janvier, en raison d’un évènement privé se déroulant au Palais des Académies, l’accès à la bibliothèque se fera par l’entrée située Place du Trône.

 

 

Lettre à Adolphe Quetelet, datée du 18 août 1853

My Dear Quetelet

I am making arrangements to reach Brussels some time next week. I propose bringing with me a model of my new plan of distinguishing Light Houses by numerical occultations. I intend after a few days spent at Brussels to go on to Antwerp Rotterdam and Amsterdam to see your light-houses and those who are interested in them. After looking at the Dykes and Haluem Mere I should return to Brussels for the Statistical Congress and return through Paris.
I hope to persuade Sir James South to join me in the first part of this trip but it is uncertain.
I hope to bring you some statistics if I can find time to reduce them.
 

Ever My dear Quetelet
Very sincerely Yours
C Babbage



Dorset St.
Manch’ Sqr 18 Aug 1853

Quand, au mois d’août 1853, Charles Babbage écrit à Adolphe Quetelet pour lui annoncer sa venue prochaine à Bruxelles, les deux hommes se connaissent depuis de nombreuses années et ils s’apprécient mutuellement. Depuis leur rencontre en 1826 à Paris, lors d’un dîner chez Pierre-Simon de Laplace, ils ont échangé de la correspondance et ils ont pu, notamment, partager leur intérêt pour les statistiques. Ensemble, mais aussi avec Malthus et quelques autres, ils prennent ainsi l’initiative de créer à Londres en 1833 un comité qui débouchera sur la « Statistical Society of London ». C’est à Quetelet que Babbage réservera la primeur de la description de sa machine analytique, dans un courrier daté du 27 avril 1835 qui est considéré par les historiens de l’informatique comme la première mention de l’ancêtre de l’ordinateur. L’astronomie, et en particulier l’étude des étoiles doubles avec John Herschel et James South - cité dans la présente missive - les réunira également. Le 18 août 1853, Babbage prépare son voyage à Bruxelles et aux Pays-Bas. Il compte montrer à Adolphe Quetelet son nouveau projet permettant de distinguer un phare d’un autre : un système basé sur l’alternance d’éclats lumineux et de phases d’obscurité, selon une séquence qui serait propre à chaque phare. Ce projet connaîtra un succès pratiquement immédiat et sera adopté très rapidement, en premier lieu aux États-Unis. Après une visite des phares et des digues de Hollande, Charles Babbage souhaite assister au premier Congrès général de statistique, mis sur pied et présidé par Quetelet. Organisé à Bruxelles du 19 au 22 septembre dans la salle des séances de l’Académie royale de Belgique, le Congrès réunit quelque 150 participants issus de vingt-six pays. Les comptes rendus de cet événement témoignent de la part active que Babbage prend aux travaux : il est l’auteur de deux communications, l’une intitulée Sur les constantes de la nature - Classe des mammifères et l’autre On the statistics of Light-houses, traitant ainsi du sujet qui le préoccupe à ce moment-là. Charles Babbage consacrera, par la suite et jusqu’à la fin de sa vie, l’essentiel de son temps à concevoir la machine analytique dans ses moindres détails.

Françoise THOMAS.

ALEXANDER J.H., Experiments on Mr Babbage’s Method of Distinguishing Lighthouses, Washington, 1854.

BABBAGE C., « On the statistics of lighthouses », in Compte rendu des Travaux du Congrès général de Statistique, Bruxelles, 1853, pp. 230-237.

GAUTIER J.-A., « Notice sur les progrès récens de l’astronomie », in Bibliothèque universelle des sciences, belles-lettres et arts - Sciences et arts, Genève-Paris, vol. 52, 1833, pp. 83-118.

HYMAN A. (éd.), Science and Reform : selected works of Charles Babbage, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, 356 p.

HYMAN A., Charles Babbage : Pioneer of the Computer, Princeton, Princeton University Press, 1985, 287 p.

QUETELET A., « Notice sur Charles Babbage, associé de l’Académie », in Annuaire de l’Académie royale de Belgique, 1873, p. 149-165.

TEE, G.J., « Charles Babbage’s Contributions to Statistics », in International Conference on Teaching Statistics 3, 1990, p. 100-104.

Charles Babbage

Charles Babbage, né probablement à Londres le 26 décembre 1791, y est décédé le 18 octobre 1871. Mathématicien, philosophe et inventeur. Élu correspondant étranger de l’Académie royale de Bruxelles le 7 octobre 1826 ; devenu associé le 1er décembre 1845.

En imaginant sa « machine analytique » - machine à calculer dans laquelle on a incorporé des cartes du métier Jacquard -, Charles Babbage a créé l’ancêtre mécanique des ordinateurs. Inventeur prolifique, il s’est également intéressé aux statistiques et aux probabilités, à l’astronomie, la météorologie, aux phares et aux cernes des arbres. Il a été professeur de mathématique pendant plus de dix ans à l’Université de Cambridge (chaire de professeur lucasien) et est l’auteur de nombreux ouvrages scientifiques.

Françoise THOMAS

Support : feuille de papier, 3 plis 

Hauteur : 220 mm

Largeur : 80 mm  

Cote : 17986/267