Chers lecteurs,

la bibliothèque fermera exceptionnellement ses portes le jeudi 26 juillet 2018. Merci de votre compréhension.

Buste de Charles-Jean de la Vallée Poussin

Léandre Grandmoulin

Charles-Jean de la Vallée Poussin

(Louvain, 1866 - Boitsfort, 2 mars 1962).

Mathématicien. 

 

Charles-Jean de La Vallée Poussin est sans conteste le mathématicien belge le plus célèbre de la première moitié du XXe siècle. Né à Louvain le 14 août 1866, dans une famille d'intellectuels, il obtient en 1890 un diplôme d'ingénieur des Arts et Manufactures, du Génie civil et des Mines à l'Université catholique de Louvain. C’est, ensuite, la beauté de la mathématique qui l'oriente vers un Doctorat en Sciences physiques et mathématiques.

« La Vallée Poussin a enseigné l'Analyse mathématique à l'Université Catholique de Louvain pendant plus de soixante ans. Il fut aussi en charge de la Mécanique rationnelle, de la Physique mathématique et de l'Histoire des sciences pour des périodes plus courtes. Sa figure domine incontestablement les mathématiques en Belgique pendant la première moitié du XXe siècle et sa valeur a été mondialement reconnue.
Il se fait connaître au monde savant en démontrant en 1896, en même temps que le mathématicien français Jacques Hadamard et indépendamment de lui, la conjecture de Gauss sur la répartition asymptotique des nombres premiers, résultat connu aujourd'hui sous le nom de théorème des nombres premiers.
Virtuose de la théorie des fonctions d'une variable complexe, il est aussi l'un des tout premiers à saisir l'importance de la naissante théorie des fonctions de variables réelles …. Il y apporte aussitôt des contributions essentielles, qu'il inclut dans les premières éditions de son Cours d'analyse infinitésimale, universellement considéré comme un modèle du genre, et réédité une douzaine de fois.
La Vallée Poussin se consacre ensuite à la théorie de l'approximation, aux fonctions quasi-analytiques, aux équations différentielles ordinaires, à la représentation conforme, et à la théorie du potentiel, domaines où ses contributions originales et ses monographies sont encore utilisées de nos jours. On sait moins qu'un de ses articles fonde véritablement la programmation linéaire.
Ces travaux font l'objet de plus de cent cinquante notes et mémoires, et lui valent de nombreuses distinctions scientifiques. »
Membre de l'Académie Royale de Belgique pendant plus de soixante ans – un record absolu à l’Académie puisqu’il est élu correspondant de la Classe des Sciences en 1898, membre en 1908 et directeur de sa Classe en 1923 – , La Vallée Poussin est également associé de l'Institut de France, et membre fondateur de l'Académie Pontificale des Sciences. En 1922, il préside le Congrès International des Mathématiciens à Strasbourg, avant de devenir Président d'honneur de l'Union Mathématique Internationale. 

En 1928, il est anobli à l’occasion du trente-cinquième anniversaire de sa tenue de la chaire de mathématiques à l’université de Louvain.

Georges Lemaître comptera parmi ses étudiants à Louvain.

Ses œuvres scientifiques ont fait récemment l’objet d’une publication complète : articles et mémoires classés par thèmes, enrichis d’analyses, rédigées par des spécialistes internationaux, mais aussi sa vie et ses travaux, et leur importance dans l’histoire des mathématiques et la recherche contemporaine. L’édition, achevée en 2017, est le fruit d’une collaboration entre l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique et le Circolo matematico di Palermo[1]. Le quatrième et dernier volume des “ Collected works. Œuvres scientifiques ” de La Vallée Poussin, paru en 2017, est consacré aux travaux portant sur la théorie du potentiel, la représentation conforme et les fonctions d’une variable complexe. 


[1] Paul Butzer (membre associé de la classe des sciences), Jean Mawhin (membre titulaire de cette classe) et Pasquale Vetro (membre du Circolo de Palerme).

 

 

Archives de l'Académie royale de Belgique :

15149 : Acte de dépôt de l'Administration des beaux-arts.

 

Publications :

de La Vallée Poussin, Charles-Jean, Collected works. Œuvres scientifiques, édition par Paul Butzer (membre associé de la Classe des Sciences de l’Académie royale), Jean Mawhin (membre titulaire de la Classe des Sciences de l’Académie royale) et Pasquale Vetro (membre du Circolo matematico di Palermo), Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique et Circolo matematico di Palermo, 2017, vol I, II, III et IV.

Van Lennep, J., Les Bustes de l'Académie royale de Belgique, Mémoire de la Classe des Beaux-Arts, collection in-8°, 3e série, tome VI, 1993, p. 332-333.

Catalogue de l'exposition La sculpture belge au 19e siècle, Bruxelles, Générale de Banque, 1990, II, 430.

Annuaire : Notice par Lucien Godeaux ; portrait photographique, 1967, p. 45. 
Biographie nationale : Notice par Lucien Godeaux, t. XXXVII, col. 786. 
Florilège des Sciences en Belgique, 1968 : Notice par Lucien Godeaux, p. 155. 
Bulletin Sciences : Allocution prononcée lors de son cinquantenaire académique, par Fernand Simonart, 1948, p. 466. Paroles prononcées par Fernand Simonart, lors de la remise du buste du baron de la Vallée Poussin, à l’Académie, 1953, p. 1006. Brèves informations biographiques, 1962, p. 622. 
Notices biographiques..., éd. 1907-1909, p. 74. 
Furnémont, M., Biographie de Charles de la Vallée Poussin, Paris, éd. Gabay 2006

Annuaire : Notice par Jacques Moeschal ; portrait photographique, 1977, p. 239. 
Cent cinquante ans de vie artistique, 1980, p. 113. 
Bulletin Beaux-Arts : Hommage à Léandre Grandmoulin, par Charles van den Borren, 1953, p. 218.

Léandre Grandmoulin

Le sculpteur Léandre Grandmoulin est né à La Hulpe, le 12 novembre 1873 ; il est décédé à Uccle, le 10 mars 1957.
Après des études à l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles dans l'atelier de Charles Van der Stappen, il obtint le second Prix de Rome en 1900.

Il a fait toute sa carrière à Bruxelles et a parfois travaillé avec d’autres sculpteurs : Constantin Meunier, Victor Rousseau et Égide Rombaux.

Sculpteur ornemaniste et portraitiste, il a également enseigné à l'académie de Saint-Gilles dès 1922. Il forma de nombreux élèves, parmi lesquels le sculpteur René van Dievoet.

Il a été membre du cercle artistique bruxellois Labeur.

Le monument Lambermont à Anvers (1922) et le monument aux morts d'Uccle (1925) sont de sa main ; les musées de Bruxelles, de Saint-Gilles et d'Anvers conservent quelques-unes de ses œuvres.

Élu correspondant de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux Arts de Belgique le 5 janvier 1939 (Classe des Beaux - Arts), il en devient membre le 3 juillet 1941. Pour l’Académie royale il réalisa les bustes du mathématicien Charles de la Vallée Poussin (en bronze), de l’égyptologue Jean Capart (en plâtre) et du ministre d'État Adolphe Max (en marbre).

Buste, bronze,

H 53,5 L 31 P 29,5

Signature, date et dédicace au revers : au Mathématicien / Ch. de la Vallée / Poussin / L. Grandmoulin / 1952

Inv. ARB 50.

État (1952) inv. 7040

Photo Luc Schrobiltgen