Chers lecteurs,

A partir du lundi 1er juillet, la salle de lecture de la bibliothèque passe en mode été et fermera à 15h30 au lieu de 16h30 en juillet et août.

Fermeture les 15 et 16 août.

Lettre à Louis Nicolas Philippe Auguste de Forbin, 24 septembre 1827

24 septembre 1827

 

Monsieur Le Comte,


Permettez-moi de vous adresser en la recommandant à toute votre bienveillance la demande ci-jointe d'une dame artiste que l'approche de l'exposition met dans le cas de recourir à votre obligeance. Des liens de famille m'engagent à insister auprès de vous en faveur de sa demande et je serai très reconnaissant de tout ce que vous voudrez bien faire dans cette occasion.

N'ayant pas eu le bonheur de rencontrer Mr Mounier chez lui je pris le parti de lui écrire : sa réponse est on ne peut plus rassurante et les mesures pour la confection des vitrines vont être prises sur le champ. Je crois même que Mr Fontaine en a déjà remis le dessin à l'entrepreneur des menuiseries.

Je viens encore vous demander au nom de tous nos dieux égyptiens, l'acquisition du Mars-Serpent-Poisson qui l'en mettrait au complet et dans le cas de ne plus vous occuper d'eux. Ce bronze vaut certainement les 300 francs qu'on demande. J'attends à cet égard vos ordres ; et je me résignerais difficilement à dire un éternel adieu à cette pièce unique, que son possesseur emporterait en Italie.

Veuillez agréer, Monsieur le comte, la nouvelle assurance de mon entier dévouement.

Jean-François Champollion le jeune

[Édition assurée par Valérie Angenot, égyptologue, Université Libre de Bruxelles]

- Première partie : « une dame artiste »

Le premier objet de la lettre de Champollion constitue une tentative de favoriser, auprès du comte Louis Nicolas Philippe Auguste de Forbin, alors directeur du Louvre, la candidature d’une dame artiste de sa famille souhaitant prendre part à l’organisation d’une certaine exposition que l’on suppose être l’inauguration de la Division des monuments égyptiens et orientaux du Louvre (le Musée Charles X). Cette dame n’a pu être identifiée dans l’entourage familial de Champollion, la lettre annexée ayant été perdue. Il est possible qu’elle ne lui fût liée que de façon très relative ou éloignée.

- Deuxième partie : les vitrines de l’«exposition »

Dans la lettre, une inquiétude semble par ailleurs planer en ce qui concerne la confection des vitrines pour cette exposition. L’inauguration du Musée Charles X devait avoir lieu le 4 novembre 1827 (jour de la Saint-Charles). Elle n’aura finalement lieu que le 15 décembre, mais fin septembre 1827 semble une date déjà bien avancée pour s’inquiéter des vitrines. L’échéance de leur fabrication a-t-elle contribué au report de la date de l’inauguration ? S’agissait-il d’une autre exposition ? On imagine assez mal Champollion se préoccuper d’un autre événement à si court terme de celui qui devait venir consacrer sa carrière muséale. Champollion apporte cependant à son directeur des nouvelles rassurantes, les vitrines seront bientôt prêtes, le baron Claude-Philibert-Édouard Mounier, intendant des bâtiments de la couronne (et accessoirement fils du révolutionnaire Jean-Joseph Mounier) l’en a assuré ; tandis que Pierre-François-Léonard Fontaine, architecte du roi et architecte de Paris en aurait déjà remis les plans à l’entrepreneur des menuiseries.

- Troisième partie : l’acquisition du « Mars-serpent-poisson »

Quelle pièce étrange Champollion essaie-t-il d’acquérir pour la section « Dieux égyptiens » de l’exposition (« Je viens encore vous demander au nom de tous nos dieux égyptiens (…) ») et qui pourrait bien correspondre à la description insolite d’un « Mars-serpent-poisson » ? Les divinités hybrides impliquant un poisson sont plutôt rares en Égypte. Pour baliser la piste, il convenait tout d’abord de définir quelle divinité égyptienne Champollion identifiait au dieu Mars.

On se serait a priori attendu à ce qu’il s’agisse d’un dieu guerrier, tel Horus ou Sobek. Mais dans son Précis1, c’est le dieu Atoum d’Héliopolis que Champollion assimile au dieu Mars en raison d’une interprétation erronée de la suite hiéroglyphique sms (« aîné ») qu’il rapproche du nom romain Mars, ce qui lui valut d’ailleurs de nombreuses critiques et quelques railleries post-mortem2. Dans son Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens, il traduit la suite heqa Iwnw « gouverneur d’Héliopolis » du cartouche de Ramsès III par « le martial », puis, correctement cette fois, il identifie le hiéroglyphe anthropomorphe du dieu Atoum, qu’il continue cependant d’assimiler à Mars. Le dieu Atoum a pour animaux sacrés à Héliopolis l’anguille, l’ichneumon, le serpent, le cercopithèque et le lion ; il est aussi incarné sur terre par le taureau Mnévis.

Un bronze aujourd’hui préservé au British Museum pourrait être un bon candidat pour l’identification de l’objet que Champollion évoque dans sa lettre. Il s’agit d’un reliquaire en bronze d’excellente facture destiné à recevoir la momie d’une anguille et daté de l’époque ptolémaïque (-332-30)3. Il présente sur son couvercle le dieu Atoum (« Mars »), portant la double couronne pshent, figuré sous la forme d’un uraeus (cobra royal) (« serpent ») à tête humaine et à l’arrière-corps d’anguille (« poisson »). L’objet a été acquis par le British Museum en 1866 auprès des héritiers du 2ème prince et duc de Blacas, Louis Charles Pierre Casimir de Blacas d’Aulps4, qui avait dû hériter de l’objet en 1839, au décès de son père, Pierre Louis Jean Casimir de Blacas d’Aulps, 1er prince et duc de Blacas5.

Le 1er duc de Blacas était ambassadeur de France à Naples de 1815 à 1822 et de 1824 à la fin du règne de Charles X, ce qui apporterait un éclairage avantageux à la phrase « Je me résignerais difficilement à dire un éternel adieu à cette pièce unique, que son possesseur emporterait en Italie ». Nous savons que Champollion était en contact avec le duc de Blacas, notamment en ce qui concerne la collection Drovetti, acquise pour moitié par le Musée de Turin et pour autre moitié par le Louvre en 1827 (cfr supra). Mais ils étaient aussi en relation pour la création même du Musée Charles X. Pierre Louis de Blacas d’Aulps avait, en effet, été nommé Intendant général des Bâtiments de la Couronne par Charles X et avait soutenu Champollion dans sa tâche de conservateur et fondateur de la Division des monuments égyptiens6. Champollion venait, pour sa part, d’effectuer deux voyages en Italie entre 1824 et 1826, puis 1826 et 1827, pour y visiter les collections de Turin, Rome, Florence et Livourne.

Le fait que Champollion ne mentionne pas au comte de Forbin l’identité du propriétaire de la pièce pourrait surprendre. Néanmoins, les relations entre les deux hommes ayant pu être un peu tendues (le comte ayant donné un avis défavorable à sa nomination en 1826), une telle discrétion reste plausible. Il semblerait que le savant n’ait, du reste, pas obtenu gain de cause, puisque la pièce n’a jamais figuré dans les collections du Louvre, ni dans ses inventaires7. Le Louvre possède néanmoins aujourd’hui un objet similaire8, mais qui n’entra dans la collection que bien plus tard, suite à sa découverte sur le site du Serapéum de Saqqara, mis au jour en 1851 par l’archéologue Auguste Mariette (voir ci-contre en dessous de la lettre de Champollion).

Le duc de Blacas serait donc finalement reparti en Italie avec son précieux artefact. Un scénario alternatif est également possible : Champollion n’ayant pu obtenir l’autorisation d’acquérir le bronze pour le Musée Charles X, le duc de Blacas l’aurait acquis pour son propre compte auprès d’un tiers propriétaire italien, avant qu’il ne termine, à la mort de son fils, dans les collections du British Museum.

La somme de 300 francs réclamée pour l’objet devait être assez conséquente pour l’époque (notons pour comparaison qu’en 1828, le salaire annuel d’une cuisinière à domicile était de 350 francs9). On peut supposer qu’il s’agissait donc là d’une pièce de belle qualité. L’Atoum du British Museum correspond certainement à une telle définition ; il constitue sans doute un des plus beaux spécimens préservés à ce jour, toutes collections confondues10. Il est le seul également à coïncider étroitement avec la description d’un « Mars-serpent-poisson ». Il présente, en effet, un corps distinctement hybride de serpent et d’anguille (« serpent-poisson »), là où les autres -hormis celui du Louvre découvert a posteriori- adoptent davantage la forme d’un simple uraeus sans nageoires dorsale et caudale11, ou aux nageoires peu proéminentes12. Une « pièce » bel et bien « unique » à l’époque sur le marché des antiquités.

Valérie Angenot, égyptologue, Université Libre de Bruxelles.

Remerciements
- Guillemette Andreu, conservateur en chef du Département des Antiquités égyptiennes du Louvre.
- Sylvie Guichard, Département des Antiquités Égyptiennes du Louvre.
- Luca Miatello, Università Bocconi - Milano.


1 CHAMPOLLION J.-F., Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens.
2 VON KLAPROTH J., Examen critique des travaux de feu M. Champollion sur les hiéroglyphes, Paris: Dondey-Dupré, 1832, p. 69-72.
3 Inv. EA 36151. ANDREWS C.A.R., Egyptian mummies, Londres : The British Museum Press, 1984.
4 Archives du British Museum.
5 http://www.britishmuseum.org/explore/highlights/highlight_objects/aes/b/bronze_relic-box_for_an_eel.aspx
6 Lettres de Jean-François Champollion à M. le duc de Blacas d'Aulps relatives au Musée royal égyptien de Turin.
7 GUICHARD S., Notice descriptive des monuments égyptiens du musée Charles X.
8 Objet inv. N 5200.
9 Voir l’inventaire après décès du peintre Jacques Pajou. Archives nationales françaises, Minutier central, Étude XLVI.
10 Quelques musées en possèdent aujourd’hui un exemplaire : Leiden (ex-collection d’Anastasi), Boston (ex-collection John Lennon & Yoko Ono), Brooklyn, Détroit, Vienne, …
11 Comme par exemple celui de Leiden (inv. AB 67 / 06 001 13859).
12 Comme par exemple celui de Boston (inv. 1986.239) qui décrit une légère excroissance à la fin de la queue.

ANDREWS C.A.R., Egyptian mummies, Londres, The British Museum Press, 1984.

CHAMPOLLION J.-F. Lettres à M. le duc de Blacas d'Aulps relatives au Musée royal égyptien de Turin, Paris, Firmin Didot, 1824-1826, 2 t. en 1 vol.

CHAMPOLLION J.-F., Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens , ou Recherches sur les éléments premiers de cette écriture sacrée, sur leurs diverses combinaisons, et sur les rapports de ce système avec les autres méthodes graphiques égyptiennes, Paris : Imprimerie Royale, 1828, 2 vol.

FAURE A., Champollion, le savant déchiffré, Paris, Fayard, 2004, 863 p.

GUICHARD S. (éd.), Notice descriptive des monuments égyptiens du musée Charles X, Paris, Louvre éditions, éditions Khéops, 368 p.

LACOUTURE J., Champollion, une vie de lumières, Paris, Grasset, 1989, 529 p.

Jean-François Champollion

Jean-François Champollion, le fameux déchiffreur des hiéroglyphes égyptiens, naquit le 23 décembre 1790 à Figeac en pleine révolution française. Il fut élevé par son frère qui l’emmena avec lui à Grenoble en 1798 où il poursuivit sa scolarité. Il y étudia les lettres classiques et s’ouvrit à l’étude de langues orientales telles que l’hébreu, l’arabe, le syriaque, le chaldéen, ainsi qu’à l’archéologie. C’est de cette immersion dans la philologie orientale et peut-être de la rencontre d’un proche de Bonaparte ayant participé à l’expédition d’Égypte que naquit sa passion pour la terre des Pharaons, son histoire et le mystère de ses écritures.

En 1807, Champollion quitta Grenoble pour Paris et poursuivit ses études au Collège de France et à l’École des langues orientales. En 1808, il obtint une copie de la Pierre de Rosette à l’étude de laquelle il ne s’attela cependant que plus tard. En 1809, il fut nommé professeur adjoint d’histoire à l’Université de Grenoble.

Après un travail acharné et quelques propositions théoriques oscillant entre alphabet et écriture idéogrammatique,, il publia en 1824 son Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens dans lequel il démontrait que le système hiéroglyphique est un mélange d’écriture à la fois figurative, symbolique et phonétique. Sa Grammaire égyptienne ne parut que post-mortem en 1836.

Le 15 mai 1826, à 36 ans, il fut nommé conservateur de la Division des monuments égyptiens et orientaux du Louvre par Charles X, contre l'avis de son directeur, le Comte Louis Nicolas Philippe Auguste de Forbin. Charles X avait fait acheter en 1825 par le Louvre les 2500 pièces de la collection Durand.Champollion, en voyage en Italie entre 1824 et 1826, y apprit qu'une partie de la collection Salt était à vendre. En février 1826, il obtint que la seconde partie de cette collection soit achetée par le Louvre. Elle comprenait 117 pièces. Il acquit encore pour son institution, en 1827, la seconde partie de la collection Drovetti (la première ayant été acquise par le Musée de Turin). Il n’eut de cesse, durant les premières années de son mandat, de compléter la collection du Louvre par des pièces remarquables. Le Musée Charles X fut inauguré en décembre 1827.

De 1828 à 1830 il effectua enfin sa première mission scientifique en Égypte, qui lui permit de rassembler nombre d’informations et de données confirmant ses théories sur le système hiéroglyphiques. Sa santé pâtit cependant fortement de ce voyage. L’année suivant son retour, il obtint la chaire d’Antiquité égyptienne au Collège de France, mais il mourut à Paris le 4 mars 1832 à l’âge de 41 ans.

Valérie Angenot, égyptologue, Université Libre de Bruxelles.

Support : une feuille de papier

Hauteur : 233 mm
Largeur : 372 mm

Cote  : 19346/1024