Chers lecteurs,

A partir du lundi 1er juillet, la salle de lecture de la bibliothèque passe en mode été et fermera à 15h30 au lieu de 16h30 en juillet et août.

Fermeture les 15 et 16 août.

Lettre au baron Goswin de Stassart, 15 octobre 1846

Intendance générale

                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Paris, le 15 octobre 1846.

de la

Liste Civile

Bibliothèque du Louvre



 

Monsieur le Baron,


Je vous remercie beaucoup du précieux cadeau que vous avez bien voulu me faire. Je regrette seulement de ne pas l’avoir eu plus tôt, car j’aurais pu vous citer plus souvent et plus amplement ; mais tout n’est pas perdu, et comme il me reste encore à faire une foule d’ouvrages élémentaires, je ne manquerai pas de prendre ma revanche, et de vous mettre largement à contribution ; du reste, ce n’est pas vous qui y gagnerez, mais bien moi, car mes livres n’en vaudront que mieux grâce à ces emprunts.

Je vous remercie également, Monsieur le Baron, de vos offres pour la Belgique, et je regrette de n’avoir en ce moment aucune relation en ce pays qui me permette d’en profiter.

Veuillez agréer, Monsieur le Baron, l’assurance de ma considération la plus distinguée.

 

Bescherelle (aîné ?)

Avec l’autographe de Las Cases, nous avons vu le baron de Stassart soucieux de la postérité de son nom grâce à un ouvrage appelé à un grand succès. On voit ici qu’il tenait également à assurer un maximum de promotion à son œuvre littéraire1. On peut en effet affirmer sans risque que le cadeau mentionné par Louis-Nicolas Bescherelle était bien un ouvrage du baron. Nous ignorons au juste de quel livre il s’agit car nous ne possédons pas la minute de la lettre jointe à ce présent. De même, nous n'avons pu déterminer quelles furent les "offres" de Stassart, ni même déterminer dans quel « ouvrage élémentaire » de Bescherelle fut mis à contribution l’œuvre de ce dernier2. Quoiqu’il en soit, cela fut le cas avant 1846 : Bescherelle avait en effet étayé sa Grammaire nationale de plusieurs citations des Pensées de Circé3.


1 Sur la carrière littéraire du baron Stassart, voyez : THIELEMANS M.-R., Goswin, baron de Stassart 1780-1854. Politique et Franc-maçonnerie, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2008, p. 499-537 (Mémoire de la Classe des Lettres, in-8°, 3e série, tome XLV, n° 2050).
2 Pour des raisons indépendantes de notre volonté, nous n’avons pu consulter tous les livres conçus par Bescherelle après 1846.
3 DOYEN F.-D., Bibliographie namuroise indiquant les livres imprimés à Namur depuis le XVIIe siècle jusqu'à nos jours, les ouvrages publiés en Belgique ou à l’étranger par des auteurs namurois, ou concernant l’histoire du comté ou de la province actuelle de Namur, suivie d'une liste chronologique et analytique des placards et ordonnances relatifs à l'ancien pays de Namur. Première partie. Tome II - 1e livraison, années 1800-1830, Namur, Wesmael-Charlier, 1890, p. 183. Cette grammaire contient en effet beaucoup de citations de Stassart (BESCHERELLE H.-H., BESCHERELLE L.N., Grammaire nationale, ou grammaire de Voltaire, de Racine, de Fénelon, de J.J. Rousseau, de Buffon, de Bernardin de St.-Pierre, de Chateaubriand, de Lamartine, et de tous les écrivains les plus distingués de la France ; renfermant plus de Cent mille Exemples, qui servent à fonder les règles, et qui constituent le code de la langue française, Paris, Bourgeois-Maze, 1837, vol. 2, p. 13, 51, 52, 54, 76, 79, 84, 87, etc...)

« Louis - Nicolas Bescherelle Aine, Homme De Lettres Et Grammairien, Auteur Du Dictionnaire National, Bibliothecaire Du Louvre, Membre De La Societe Statistique Universelle, De La Societe Grammaticale, Etc. », in SAINT-MAURICE CABANY E., Galerie nationale des notabilités contemporaines. Annales biographiques des principaux fonctionnaires, des représentants, conseillers d'Etat, diplomates, magistrats ; des membres du clergé, de l'administration et des finances ; des officiers supérieurs de l'armée et de la marine, et des savants, littérateurs, artistes et industriels distingués de la France, Paris, 1850-1851, 3 vol.

PREVOST M., « Bescherelle (Louis-Nicolas) », in PREVOST M., ROMAN D’AMAT R.(dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, Librairie Letouzey et Ané, t. VI, 1954, col. 308.

Louis-Nicolas Bescherelle

Né à Paris le 10 juin 1802, décédé à Paris le 4 février 1883. On sait peu de choses sur la première partie de la vie de Louis-Nicolas Bescherelle, tout au plus qu’il fit des études de droit. En 1825, il entra aux archives du Conseil d’État et, trois ans plus tard, fut nommé bibliothécaire du Louvre. Son goût pour les lettres se manifesta bien vite par la conception de toute une série d’ouvrages, souvent en collaboration avec son frère Henri-Honoré. Le premier livre sortit de presse en 1829 et avait pour titre : Le Participe passé ramené à sa véritable origine et soumis à un seul et unique principe, ou Application de l'analyse à cette importante partie du discours. D’autres nombreuses études virent le jour dont nous ne retiendrons que les plus importantes1, à savoir : Grammaire Nationale ou Grammaire de Voltaire, de Racine, de Bossuet, de Fénelon, de J.-J. Rousseau, de Buffon, de Bernardin de Saint-Pierre, de Chateaubriand, de Casimir Delavigne, et de tous les écrivains les plus distingués de la France (…) (1834 : elle connaitra 15 éditions successives), Abrégé de la grammaire nationale (1840), Dictionnaire grammatical et usuel des participes français (1842), Dictionnaire usuel de tous les verbes français (1843), Dictionnaire National ou Dictionnaire Universel de la langue française  (…) (1846), Cours complet de langue française (…) (1850-1852), Dictionnaire classique de la langue française (…) (1880), etc. Il écrivait parfois des ouvrages polémiques sous le pseudonyme de « Docteur Sévérus Syntaxe », comme La Grammaire de l'Académie ou Galerie critique de la plupart des barbarismes, solécismes, fautes d'orthographe, définitions fausses… dont fourmille la sixième et la dernière édition du Dictionnaire de l'Académie Française (…) (1839). Il fit également partie d’un grand nombre de sociétés dont la Société grammaticale de Paris, la Société de statistique universelle, etc.


1 Le lecteur trouvera une liste complète de ceux-ci à l’adresse  suivante : http://projects.chass.utoronto.ca/langueXIX/gramacor/besch.htm(consultation le 24 août 2017)

Lettre


Support : une feuille de papier, 1 pli


Hauteur : 201 mm

Largeur : 329 mm


Cote : 19345/184
 

Enveloppe
 
Hauteur : 126 mm

Largeur : 154 mm

Cote : 19345/184